Le 11 juillet 2012, l´UNESCO, a inscrit le bassin de la Dordogne au réseau mondial des réserves de la biosphère. Ce réseau international rassemble les site d'exception qui concilient conservation de la biodiversité,valorisation culturelle et développement économique et social . Le jardin se trouve dans cette zone.

 

Lors du choix des plantes, des végétaux, les espèces les plus robustes, les plus adaptées au terrain, au climat sont privilégiées. La diversification de la flore végétale contribue aussi à la diversité de la faune.

 

L’utilisation de désherbants, même ponctuelle, a toujours été proscrite dans le jardin pour ne pas empêcher l’implantation de végétaux apportés par l’eau ou les oiseaux. La faune variée (grenouilles, poissons, couleuvres vipérines) habitant les bassins, conforte la non- utilisation de produits chimiques à proximité. Seuls des engrais bio sont donnés aux rosiers et hortensias. Lors les travaux de vidange des bassins, la vase récupérée au fond est disposée aux pieds des arbustes.

 

Le système d’irrigation mis en place est constitué d’une pompe prélevant de l’eau de la Dordogne . Elle monte l’eau dans la zone la plus élevée du parc pour alimenter le ruisseau, qui se déverse dans les bassins et un dernier ruisseau qui retourne à la Dordogne. L’arrosage du jardin provient de l’eau conservée dans le bassin inférieur. La programmation de l’arrosage permet une économie d’eau par son adaptation en fonction des zones, des durées et des modes d’arrosage (gouttes à gouttes, jets oscillants, …)